Alain BÉREAU, membre résidant

 

 L’amiral Alain Béreau, entré à l’Ecole navale en 1962, avait choisi la spécialité de pilote d’aéronautique navale et a totalisé 4 500 heures de vol dans l’Aviation de patrouille maritime.
Il a commandé à la mer les frégates lance-missiles du Chayla et Suffren, puis comme contre-amiral, les Forces maritimes de l’océan Indien. Il a été responsable des opérations maritimes en Atlantique à la Préfecture maritime de Brest ainsi que président de la Commission d’essais des nouveaux navires et sous-marins.
Affecté à trois reprises à la Direction du personnel de la Marine, il en a été le directeur pendant 3 ans et demi. Nommé inspecteur général des armées et promu amiral, il a suivi l’ensemble du processus de révision du statut général des militaires en qualité de vice-président de la commission mise en place par le ministre. Il a été ensuite, de 2006 à 2010, membre du Haut Comité d’évaluation de la condition militaire qui dresse un rapport chaque année au président de la République et au Parlement sur la situation des militaires.
En deuxième section depuis décembre 2003, l’amiral Béreau a été membre du Conseil d’analyse de la société auprès du Premier ministre. Les travaux de ce Conseil, présidé par Luc Ferry, ont abouti en 2011 au vote d’une loi sur le service civique volontaire et à la mise en place de l’Agence du service civique. Il est membre du Comité stratégique auprès de cette Agence. Rapporteur en 2009 de la Commission Ambition volontariat sur les sapeurs-pompiers volontaires, il est membre du Conseil national des sapeurs-pompiers volontaires et il intervient régulièrement à l’Ecole Nationale Supérieure  des Officiers de Sapeurs-Pompiers.
Il a ainsi participé étroitement à l’élaboration et à l’adoption de trois lois depuis dix ans : statut général des militaires, service civique volontaire et engagement citoyen de sapeur-pompier volontaire.
Élu en 2011 à l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, il en est depuis janvier 2015 le Secrétaire perpétuel.

 Alain HUETZ de LEMPS, membre honoraire

 

Alain Huetz de Lemps, né à Bourges en 1926, agrégé de Géographie en 1949,  enseigne deux ans à Alger. Lecteur à l’Université de Nouvelle-Zélande en 1952, il parcourt les îles d’Océanie puis l’Australie. Il passe ensuite deux ans à la Casa Velazquez de Madrid, avant d’être nommé  à l’Université de Bordeaux où il enseigne pendant près de 40 ans. Sa thèse de Doctorat d’État (1967) est consacrée aux Vignobles et Vins du nord de l’Espagne. De 1970 à 1990, il dirige le CERVIN, centre de recherches historiques et géographiques sur le vin  et les eaux-de-vie et organise plusieurs colloques internationaux. Dans le cadre du CEGET-CNRS, il fait des recherches sur la canne à sucre et le rhum ; il effectue de nombreuses missions « sur le terrain », toutes suivies de publications  (Brésil, Pérou, Antilles, Afrique du Sud, Maurice, Australie, îles  Fidji, Philippines). A la demande du Ministère de la Coopération, il accomplit aussi des mission d’enseignement, dans les D.O.M et les États d’Afrique  récemment indépendants, Mali, Burkina Faso, Rwanda, Burundi, Madagascar. Il succède au Recteur Paulian à la présidence de la SEPANRIT (Protection de la Nature tropicale) (1985-1995). De 1980 à 1991, il dirige la revue Les Cahiers d’Outre-Mer. Membre de la section de géographie du CNRS pendant 20 ans, membre du Comité Consultatif des Universités dont il préside la section de géographie de 1978 à  1981, il est élu président du Comité National Français de Géographie de l’Union Géographique Internationale de 1988 à 1992. Professeur émérite de l’Université Michel  de Montaigne à partir de 1992, docteur honoris causa de l’Université de Valladolid, il  est chevalier de l’Ordre National du Mérite  (1987).

 Jacques BATTIN, membre résidant

 

Né en 1932 à Bordeaux le docteur Jacques Battin (Battin-Dignac par sa mère), est successivement interne des hôpitaux en 1956, titulaire du doctorat de médecine en 1961, agrégé de pédiatrie et de génétique en 1966, chef de service hospitalier en 1968 et professeur de pédiatrie en 1968, ainsi que de génétique en 1980.
Il a été le dernier professeur titulaire de la chaire de clinique des  maladies des enfants de 1978 à 1998 (création de la génétique et de l'endocrinologie pédiatrique).
A la retraite, il suit un cursus d'histoire de l'art à l’Université de Bordeaux-Montaigne : il en obtient un doctorat en 2006.
Membre titulaire de l'Académie nationale de médecine depuis 2004.
Elu membre résidant de l'Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux en 2012.
Vice-président de la Société française d'histoire de la médecine et de l’Académie du bassin d’Arcachon.
Président d’honneur de la Société des amis de Jean Hameau.
Officier de la Légion d’Honneur.
Marié, 3 enfants, 7 petits-enfants.

OUVRAGES

Un médecin précurseur : Jean Hameau et le bassin d'Arcachon autrefois aux éditions de l’Entre deux mers (2008). Préface de Michel Suffran. Prix de l'Académie de Bordeaux.

Entre médecine et religion. De l’ordre hospitalier des Antonins aux saints intercesseurs aux éditions Glyphe (2010). Préface du recteur Jean-Pierre Poussou.

Médecins et malades célèbres aux éditions Glyphe (1ère édition en 2009, 2ème édition augmentée en 2012). Préface d'Yves Pouliquen de l'Académie française.

Le bassin d'Arcachon par les peintres, une anthologie aux éditions Atlantica-Séguier (2011). Préface de Michel Suffran.

Les péchés capitaux au bassin d'Arcachon. Dossiers d'Aquitaine (2015).

Naître aujourd'hui aux éditions Glyphe (2015.

Le vieillissement réussi, essai sur le temps autour de Montaigne, des écrivains, des artistes et des médecins aux éditions du Fiacre (2015). Préface du professeur Jean-Pierre Michel.

A paraître en 2016 :
-    Islande, sous la glace, le feu avec J. Féniès, photographies de Jacques Battin, préface du professeur Michel Vigneaux, postface d’Hermann Mostermans. Dossiers d'Aquitaine.
-    Genèse et iconologie du diable, symbolique du mal. Dossiers d’Aquitaine.



 

 

Philippe LOUPÈS, membre résidant

 

Licencié de géographie, agrégé d’histoire, Philippe Loupès, Bordelais d’origine, né en 1940, est professeur émérite de l’Université Bordeaux Montaigne où il a enseigné pendant presque une quarantaine d’années l’histoire du catholicisme tridentin et l’histoire de l’Espagne à l’époque moderne. Il a exercé des responsabilités nationales comme la vice-présidence du jury de l’agrégation d’histoire.
Dans sa thèse d’Etat (Sorbonne, 1980), publiée par l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, il a étudié dans leur ensemble  chanoines et chapitres de l’ancienne France, injustement méconnus. Il a ensuite diversifié ses recherches, aussi bien thématiquement que dans l’espace. Le jansénisme, le processus de nomination de l’épiscopat espagnol au XVIIIe siècle,  les dévotions hispaniques baroques (confréries, ex voto, reliques…), la violence religieuse dans l’Irlande du XVIIe siècle ont plus particulièrement attiré son attention.
Sa double formation l’a amené à étudier le climat bordelais sous l’Ancien Régime à partir de sources quantitatives et qualitatives.
Depuis quelques années, il retrouve les cathédrales, les maîtrises capitulaires, l’orgue Don Bedos de Sainte-Croix,  les grandes cérémonies comme le mariage de Louis XIII à Bordeaux (2015) et Saint-André de Bordeaux  (Collection La grâce d’une cathédrale).
Chevalier de l’Ordre national du Mérite, Officier des Palmes académiques.


PRINCIPAUX OUVRAGES
Chapitres et chanoines de Guyenne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, éd. EHSS, 1985, 510 p.
La vie religieuse en France au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1994, 300 p.
L’apogée du catholicisme bordelais à l’époque tridentine (1600-1789), Bordeaux, Mollat, 2001, 341 p.
L’Espagne à la fin du XVIIIe siècle (1780-1802), Paris, SEDES, 1985, 307 p.
La péninsule ibérique à l’époque des Habsbourg (en collaboration avec J-P. Dedieu) Paris, SEDES, 1994.


QUELQUES ARTICLES, parmi une centaine
Le jardin irlandais des supplices : la Grande Rébellion de 1641 vue à travers les pamphlets anglais, Culture et pratiques politiques en France et en Irlande, Actes du cinquième Colloque franco-irlandais de Marseille, Paris, CRH, 1990.
Señales de Dios? Las visiones y apariciones de la madre Magdalena de San José, hija espiritual de Bérulle, Camino de Santidad siglos XVI-XX, México, Condumex, 2003
Castigo de Dios, le tremblement de terre de 1755 dans les publications espagnoles de circonstance, Lisbonne 1755 : un tremblement de terre et de ciel, Revue des Lumières  2005.
Une bouteille à la mer échouée en Algarve : la lettre pastorale de l’archevêque de Goa de 1745, Monarchie, noblesses, et diplomatie européennes, Paris, PUPS
De Badajoz à Bayonne, l’irrésistible ascension de Manuel Godoy revisitée, Napoléon, Bayonne et l’Espagne, Acte Colloque de Bayonne, 2008, Paris, H. Champion.
L’enfant dévot au XVIIe siècle d’après les hagiographies tridentines, Enfance, assistance et religion, Lyon, 2006.
L’ecclésiologie janséniste, de l’orthodoxie à la contestation, Les Lumières et leur combat. La critique de la religion et des Eglises à l’époque des Lumières, Concepts and Symbols of the XVIIIth century in Europe, Berlin, BWV, 2004..
Saintes et dévotes à l’époque tridentine : épouses du Christ et mauvaises mères ? Amour divin, amour humain dans les écrits du for privé, du Moyen Age à 1914, Pau, Cairn, 2011.

DERNIERS ARTICLES PUBLIÉS
San Francisco, guarda mis animalitos… , ex voto contemporains à Santiago du Chili », Contributions à une histoire du catholicisme, Papauté, Aquitaine, France et Outre-mer, Karthala, 2013
Le service d’honneur du duc d’Orléans, Philippe VIII, ou la dernière cour de France, La corte de los Borbones : crisis del modelo cortesano, Madrid, Polifemo, 2013
               

 Henri de GRANDMAISON, membre résidant

 

Henri de Grandmaison, journaliste,  a été successivement rédacteur, reporter, directeur des éditions régionales de Ouest France, puis rédacteur en chef du Pèlerin (Groupe Bayard), enfin directeur de la rédaction du journal Sud Ouest.
Il a publié plusieurs romans : Le papivore (J-C. Lattès, 1976), La dernière chasse (J-C. Lattès, 1978), Les feux du bocage (Grasset, 1980), Les chiens de Dieu (Julliard, 1983), L’argentier du roi (Fayard, 2007), Les aventures d’un trader (Fayard, 2008), Les combats inutiles (Sud Ouest, 2011).
Citons également : Je t’écris de Bordeaux (Mollat, 1995), Le bonheur des jours (Ouest Editions, 1999), Le Colonel Rémy, un héros de l’ombre (Les chemins de la mémoire, 2000), Les plus beaux châteaux du Sud-Ouest (Sud Ouest, 2007), Couleurs de Bordeaux, aquarelles de Claude Marissol (Sud Ouest, 2009).

 

François COURTOT, membre résidant

 

 Né le 16 septembre 1948 à Belfort, d’un père belfortain et d’une mère bordelaise, François Courtot est nommé ingénieur du corps de l'armement en 1969, diplômé de l’Ecole nationale supérieure de l’aéronautique et de l’espace en 1971. Pendant sa formation à Sup’Aéro, il a consacré une partie de son temps à rédiger un cours de mécanique du vol spatial. Il suit ensuite la formation de pilote de chasse de l’Armée de l’Air puis celle d’ingénieur navigant d’essais à l’US Air Force Test Pilot School à Edwards (Californie) en 1974.

C’est au sein de la Délégation Générale pour l’Armement (DGA) qu’il entame sa carrière aux essais en vol à Istres. Il y est successivement responsable des essais en vol de l’avion d’entraînement Alpha Jet, puis du chasseur Mirage 2000. En marge de ces missions d’essais en vol, il dispense les cours de mécanique du vol à l’Ecole de l’Air de Salon de Provence et d’aérodynamique à l’Ecole du personnel navigant d’essais et de réception (EPNER) à Istres.

Souhaitant acquérir une expérience du monde économique, il est mis pour deux années à disposition de la Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale (DATAR) à Nantes comme chargé de mission du développement industriel de la région Ouest.

En 1983, de retour à la Direction des constructions aéronautiques au sein de la Délégation générale pour l’armement, il est nommé - poste qu’il crée - contrôleur de programme des avions militaires vendus à l’exportation (Mirage F1 pour l’Irak et Mirage 2000 pour l’Inde, les Emirats Arabes Unis, la Grèce, l’Egypte et le Pérou). En 1988 il est nommé chef de la base d’essais en vol à Istres.

Trois années plus tard, il rejoint le monde de l’industrie aéronautique dans lequel va se dérouler le reste de sa carrière. Il est d’abord Directeur général international adjoint et Directeur des exportations militaires chez Dassault Aviation, puis Directeur commercial d’Aérospatiale Missiles, Directeur des turbines aéronautiques au sein de Turboméca. Enfin il est nommé, en 2003, Directeur délégué aux affaires Internationales du groupe SNECMA, qui deviendra SAFRAN, fonction doublée de celle de Président directeur général de la filiale SAFRAN USA implantée à Washington et Chicago.

Ayant choisi d’habiter Bordeaux depuis 2004, en 2010, quelques mois avant son départ à la retraite, le Président directeur général de SAFRAN lui demande de mettre en place une représentation du groupe à Bordeaux, représentation dont il gardera la responsabilité jusqu’en 2011, au travers de la société de conseil AEROGY qu’il a créée.

Ses activités de retraité se partagent entre celles de membre du bureau local de l’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM) qu’il a présidé de 2010 à 2014, de trésorier du campus et du centre de formation Aérocampus, de membre du conseil d’administration de l’Association Bordeaux Aquitaine Aéronautique et Spatial (BAAS), de secrétaire général de la section Aquitaine des Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) et d’organisateur du salon biennal de l’aéronautique à Bordeaux-Mérignac.

Totalisant 1600 heures de vol, François Courtot est chevalier de la Légion d’honneur, chevalier de l’Ordre national du mérite et titulaire de la Médaille de l’aéronautique.

Bernard HŒRNI, membre honoraire

 

Né en 1940.

Interne des Hôpitaux de Bordeaux (1962).
Docteur en médecine (1968).
Professeur titulaire de cancérologie à l'université de Bordeaux 2 – Victor Segalen (1980).
Président de la Société française du cancer (1989-1991).
Président de l'European association for cancer education (1990-1991).
Président du Comité consultatif de protection des personnes dans la recherche biomédicale de Bordeaux A (1991-1994).
Directeur de l'Institut Bergonié, centre régional de lutte contre le cancer de Bordeaux et du Sud-ouest (1997-2005).
Président du Conseil national de l'Ordre des médecins (2001-2002).
Auteur ou "éditeur" de plus de 100 ouvrages professionnels, de 300 travaux originaux, de 200 publications didactiques et de plus de 600 réflexions sur la médecine.

Marié, trois enfants.


Pierre BÉTIN, membre résidant

 

  Ancien élève de l’Ecole polytechnique, ingénieur général de l’armement, Pierre Bétin a participé à tous les grands programmes de fusées françaises et européennes, de Diamant à Ariane 5, en passant par les trois générations de missiles stratégiques de la Force de dissuasion.
Il a été successivement ingénieur des poudres, puis chef du service propulsion au ministère des Armées (1960-1969), directeur général de la Société Européenne de Propulsion, puis de la SNECMA (1985-2000).
Motoriste technologue de l’air et de l’espace, Pierre Bétin est connu pour avoir été un pionnier des matériaux composites, un promoteur des partenariats recherche - industrie et un leader des coopérations transatlantiques avancées.
Membre émérite de la 3AF (Association Aéronautique et Astronautique de France), il est aussi un des très rares Français à avoir été élu Honorary Fellow de l’AIAA, la prestigieuse American Institute for Aeronautics and Astronautics, qui regroupe 30 000 membres à travers le monde.
Très attaché à la région bordelaise où il réside, Pierre Bétin est membre de l’Académie depuis 2002 et il en a été le président en 2007.
Il est officier de la Légion d’honneur et officier de l’Ordre national du mérite, titulaire de la médaille de l’Aéronautique.


Jean-Pierre POUSSOU, membre résidant

 

CARRIÈRE UNIVERSITAIRE ET ADMINISTRATIVE
Né le 2 novembre 1938 à Saint-Vite (Lot-et-Garonne).
Etudes secondaires au collège Saint-Caprais d’Agen.
Licence en histoire en 1958 et en droit en 1959 (université de Bordeaux). Agrégé d’histoire-géographie en 1961.
1961-1964 : professeur au lycée Bernard Palissy d’Agen.
1966 : assistant à la faculté des Lettres de Bordeaux.
1969 : maître-assistant à l’université de Bordeaux III.
1978 : Docteur ès-lettres de l’université de Paris-Sorbonne.
1979 : professeur à l’université de Bordeaux III.
1984 : professeur à l’université Paris-Sorbonne.
1986-1989 : recteur de l’Académie de Bordeaux.
1993-1998 : président de l’université Paris-Sorbonne.
Octobre 2007 : professeur émérite de l’université Paris-Sorbonne.
1992-1993 et 2001-2007 : directeur de l’Institut de recherches sur les civilisations de l’Europe moderne (Paris-Sorbonne).
2001-2007 : fondateur et directeur de l’UMS Histoire et Archéologie Maritimes (CNRS et université Paris-Sorbonne).
1972-1978 : secrétaire de rédaction des Annales du Midi.
1978-1986 : rédacteur en chef des Annales de démographie historique.
1990-1995 : président de la Société de démographie historique.
1997-2017 : membre de la Commission internationale d’histoire des villes.
1999-2007 : directeur de collections historiques aux presses de Paris-Sorbonne.
2004-2016 : directeur et rédacteur en chef de la Revue d’histoire maritime.
2005-2016 : codirecteur d’Histoire, économie et société.

DISTINCTIONS
Officier de la Légion d’honneur. Commandeur de l’Ordre national du Mérite. Commandeur des Palmes académiques.
Médaille de bronze du CNRS en 1979.
Prix d’histoire Laurain-Portemer de l’Académie des sciences morales et politiques en 1999.
En décembre 2010 Les Passions d'un historien : mélanges en l'honneur de Jean-Pierre Poussou par ses élèves et amis avec 134 contributions (Presses universitaires de Paris-Sorbonne).

PRINCIPALES RECHERCHES ET PRINCIPAUX OUVRAGES
Dans un premier temps, Jean-Pierre Poussou a mené de manière liée des recherches en démographie historique (mobilité et migrations), en histoire urbaine, en histoire économique et en histoire du Sud-Ouest, principalement au XVIIIe siècle. Par la suite, une fois la thèse soutenue, il a élargi ses domaines de recherches chronologiquement (XVIIe XIXe et XXe siècles) et géographiquement (histoire des îles Britanniques, du Canada, de l’évolution économique et urbaine de l’Europe, de l’histoire du vin et des vignobles).
Il a publié plus de 280 ouvrages et articles, effectué plus de 150 recensions d’ouvrages, dirigé ou codirigé plus de 25 volumes (Sedes-CDU et Presses universitaires de Paris-Sorbonne).
Parmi ses ouvrages, on peut citer : Bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle : croissance économique et attraction urbaine (Thèse de doctorat,1983), Les villes anglaises du milieu du XVIIe à la fin du XVIIIe siècle (1983), Les petites villes du Moyen Âge à nos jours (en codirection avec Philippe Loupès), La croissance des villes au XIXe siècle (1992), Cromwell, la révolution d’Angleterre et la guerre civile (1993), La terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne (1999), Le champagne : une histoire franco-allemande (Codirection; prix du meilleur livre d’histoire du vin de l’année 2011).
Pour l’histoire régionale : La vie quotidienne à Bordeaux au XVIIIe siècle (1983, corédaction avec Paul Butel), Le Lot-et-Garonne (2001), Le Bassin d’Arcachon (2005), Lumières du Médoc (2011) ainsi qu’un très grand nombre d’articles.



Isabelle RENOUARD, membre résidant

 

Née le 13 juillet 1940 à Saintes, de M. Michel Herr, professeur, et de Mme Suzanne Garnier. Son grand-père, Lucien Herr (1864-1926), bibliothécaire de l’Ecole normale supérieure, philosophe, a été l’initiateur de l’action en faveur de Dreyfus. Mariée à François Renouard, diplomate. Trois enfants.

Etudes au lycée Jules Ferry et à la faculté de droit de Paris.
Diplômes : licenciée en droit, diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris.


Carrière
-    Elève à l’Ecole nationale d’administration (Promotion Blaise Pascal 1962-1964) ;
-    Secrétaire des affaires étrangères à l’administration centrale : service de l’enseignement et des œuvres (1964) ;
-    Direction du personnel et de l’administration générale : service du personnel (1966) ;
-    Deuxième secrétaire à Ottawa (Canada) (1969) ;
-    Premier secrétaire à Alger (1972) ;
-    Deuxième conseiller à la Délégation permanente de la France auprès du Conseil de l’Atlantique nord (Bruxelles) (1975) ;
-    Déléguée dans les fonctions de sous-directeur d’Europe méridionale à la Direction des affaires politiques (1978) ;
-    Sous-directeur chef du service des affaires stratégiques et du désarmement (1979-1985) ;
-    Directeur adjoint des affaires politiques (1985) ;
-    Directeur des Français à l’étranger et des étrangers en France (1986-1996) ;
-    Secrétaire général de la Défense nationale (1996-1998) ;
-    Ministre plénipotentiaire puis ministre plénipotentiaire honoraire.

Autres fonctions : administrateur de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) (1996-2016).

Grand officier de la Légion d’honneur et de l’Ordre national du Mérite. Dame de l’Ordre d’Isabelle la Catholique. Officier du Mérite grec.


Hélène de BELLAIGUE, membre résidant

 

Née en 1948 à Bordeaux. Etudes d’histoire de l’art et d’histoire à l’université de Bordeaux et de Caen.

1970 à 1981 : professeur d’histoire dans l’enseignement secondaire à Bayeux et Saint-Lô.
1982 à 1989 : sous-bibliothécaire à la bibliothèque municipale de Bayeux,  responsable des fonds anciens.
1989 à 2008 : conservateur en chef de bibliothèque, responsable du Département du patrimoine à la Bibliothèque municipale classée de Bordeaux (avec trois services : fonds patrimoniaux, documentation locale et régionale, dépôt légal imprimeur d’Aquitaine).
1994 : transfert de la bibliothèque de Montesquieu du château de la Brède à la bibliothèque municipale de Bordeaux, suite à la dation de la comtesse de Chabannes ; intégration de la collection dans les fonds de la bibliothèque municipale et dans sa base informatique ; suivi de la procédure de dation.
Juin 2009 à décembre 2010 : chargée de mission auprès de l’Office du livre Poitou-Charentes pour effectuer des inventaires et proposer des projets de restauration et de mises en valeur de fonds patrimoniaux conservés dans les bibliothèques et les services d’archives de la Région Poitou-Charentes.
2011 : chargée de mission auprès des universités de Bordeaux pour effectuer une mise à jour du catalogue en ligne des manuscrits conservés dans les bibliothèques universitaires de Bordeaux et un recensement des collections imprimées précieuses, conservées à la bibliothèque universitaire de médecine de Bordeaux.

Publications
- Le Journal de médecine de Bordeaux, miroir de la vie médicale bordelaise, de 1914 à 1958 in : Actes du IVème colloque de l’Association des Amis du Patrimoine du CHU de Bordeaux-Audenge : Editions marginalités et société, 2017.
- L’Académie et la Bibliothèque municipale classée de Bordeaux : une histoire de filiation et d’amitié in : Actes du tricentenaire de l’Académie de Bordeaux. Bordeaux : Académie nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, 2013.
- 2012 : participation à un ouvrage collectif publié par l'Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux pour commémorer le tricentenaire de la création de la Compagnie : Un Passé qui éclaire l’avenir 1712-2012. Auteur du chapitre : Académie et Bibliothèque municipale de Bordeaux.
- Le Livre en son jardin, trésors de botanique de la bibliothèque municipale de Bordeaux. Bordeaux : Ville de Bordeaux, 2007. Coauteur et coordinateur du catalogue de l’exposition présentée du 28 septembre au 22 décembre 2007, dans le cadre des célébrations du deuxième centenaire de la mort de Carl von Linné, à la bibliothèque municipale de Bordeaux.
- Montesquieu-Voltaire, Dialogue des Lumières, de Bordeaux à Saint-Pétersbourg. Bordeaux : Ville de Bordeaux, 2005. Coauteur et coordinateur du catalogue de l’exposition présentée à la bibliothèque municipale de Bordeaux du 19 mai au 10 septembre 2005
- Les plus belles pages des manuscrits de Montesquieu confiés à la bibliothèque municipale de Bordeaux par Jacqueline de Chabannes. Bordeaux, William Blake and Co, 2005. Collaboration aux côtés de Catherine Volpilhac-Auger.
- Vie musicale à Bordeaux au XVIIIe siècle : représentations de l’opéra et concerts du Musée. Paris : Fédération Nationale de Coopération des Bibliothèques, 2003. Coauteur de ce catalogue de l’exposition présentée à la bibliothèque municipale de Bordeaux dans le cadre du Mois du patrimoine écrit, projet retenu par le Ministère de la Culture.
- Coauteur du chapitre sur Bordeaux dans le volume consacré à l’Aquitaine de la collection Patrimoine des communes. Paris : éditions Flohic, 2001.



 

Séverine PACTEAU de LUZE, membre résidant

 

Née à Talence (Gironde) le 10 janvier 1944. Décédée le 21 août 2017.
Mariée à Bernard Pacteau, agrégé de droit et de science politique, professeur honoraire des facultés de Clermont-Ferrand, Poitiers et Bordeaux. Ils ont une fille et deux petits-fils.

ETUDES. CARRIÈRE. FONCTIONS TENUES
Etudes secondaires à Bordeaux aux lycées La Course, Mondenard et Camille Jullian. Baccalauréat littéraire en 1960.
Etudes supérieures d'histoire et géographie à la faculté des lettres de Bordeaux. Licence en 1964, DES en 1965. Capes, mention très bien, en 1966. Agrégation d'histoire et géographie en 1967. Doctorat de troisième cycle : Les protestants de Bordeaux, sous la direction de Georges Dupeux, en 1975.

Professeur au lycée de filles Maine de Biran à Bergerac (Dordogne) 1967-1969 : enseignement en sixième, seconde et terminales.
Assistante à l'Institut d'études politiques de Bordeaux à partir de 1969, maître-assistant en 1975, puis maître de conférences jusqu’en 2008. Enseignements magistraux d'histoire des relations internationales au XIXe siècle et d'histoire sociale comparée de l'Europe au XIXe siècle. Conférences de méthode de culture générale en formation initiale et en deuxième cycle.
Directeur du Centre de préparation aux grands concours administratifs (CPAG) et du Centre de préparation à l'ENA 1985-1999.

Présidente depuis 2008 de la Société historique de Bordeaux.
Conseiller municipal de Bordeaux (1977-1982) en charge des écoles.
Membre du comité d'éthique de la fondation Bergonié.
Membre du conseil presbytéral de la paroisse réformée de Bordeaux-Chartrons, puis de Bordeaux-Ville (1974-1999).

Membre résidant de l'Académie depuis 2000, elle a été présidente de l'Académie en 2009 puis secrétaire perpétuel de  2010 à 2014.

Officier de l'Ordre national du Mérite, officier des Palmes académiques. Médaille de la ville de Bordeaux.

PUBLICATIONS
Publications: Les protestants et Bordeaux, Bordeaux, aux éditions Mollat, 1999, Alfred de Luze (1797-1880), négociant en vins à Bordeaux, Bordeaux, aux éditions Confluences, 2016.
Histoire des relations internationales (XIXe-XXe siècles) en collaboration avec F.C.Mougel, Pais, PUF, 1987. Rééditions tous les deux ans jusqu'en 2016. Traductions turque, grecque, roumaine, portugaise, japonaise, arabe.
Participation à des ouvrages collectifs avec Nicolas Champ, Marc Agostino, Françoise Taliano des Garets, Bernard Lachaise sur l'histoire des protestants bordelais aux XIXe et XXe siècles.
Contributions à des Mélanges : Marc Agostino, Anne-Marie Cocula, François-Charles Mougel.
Dictionnaire biographique des protestants français de 1989 à nos jours (notices concernant Bordeaux).
Une trentaine d'articles sur l'histoire du protestantisme aquitain et bordelais aux XIXe et XXe siècles, en particulier au Bulletin de la Société de l'histoire du protestantisme français, aux Annales du Midi, au Bulletin de la Société d'histoire du protestantisme de la Vallée de la Dordogne, à la Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde.


 

Michel POUCHARD, membre résidant

 
Membre de l’Académie des sciences de l’Institut de France (1992), Michel Pouchard est professeur émérite à l'université de Bordeaux.
Il a consacré ses travaux à la physico-chimie des solides inorganiques et des matériaux oxydes ou dérivés du silicium. À partir d'une étude très fine de la liaison chimique et de son extension à la structure de bandes de solides non moléculaires, il a tiré un certain nombre de règles permettant la stabilisation de composés peu stables ou l'édification de solides nouveaux à propriétés voulues : conductivité électronique, ionique, aimantation magnétique, état de spin, pour en faire des matériaux applicables dans le domaine de l'énergie, de l'électronique ou des matériaux ultra durs.

FORMATION ET CARRIÈRE
1967 : docteur ès sciences, faculté des sciences de Bordeaux.
1960-1967 : stagiaire puis attaché de recherche au CNRS.
1967-1970 : maître de conférences à l’université de Bordeaux 1.
1970-2004 : professeur à l’université de Bordeaux 1, puis à l’Institut universitaire de France, chaire de physico-chimie des solides inorganiques.
2004 : professeur émérite à l’université de Bordeaux 1.

AUTRES FONCTIONS
1975-1984 : directeur du service de diffusion de la technologie des matériaux du CNRS.
1984-1986 : président de la 33ème section du Conseil national des universités.
1992-2002 : membre de l’Institut universitaire de France.
1993 : membre du Conseil supérieur de la recherche universitaire placée auprès du ministre.
1993-1997 : administrateur de l’Institut universitaire de France.
1995-1999 : rédacteur en chef des comptes rendus de l’Académie des sciences, série chimie.
1995 : membre du conseil d’administration de la Fondation de la Maison de la chimie.
1998-2004 : membre du conseil scientifique d’EDF.
2004-2008 : membre du conseil scientifique du CEA (Nouvelles technologies de l’énergie).
2007 : membre du conseil scientifique de l’European institute for energy research (EDF - université de Karlsruhe).

DISTINCTIONS ET PRIX
Chevalier de la Légion d’honneur, chevalier de l’Ordre national du Mérite, commandeur des Palmes académiques.

Membre de l’Academia europea (1998).
Membre fondateur de l’Académie des technologies (2000).
Membre de la Société française de chimie, président de la division de chimie du solide.
Membre de l’Académie de sciences allemande Leopoldina (2002).
Membre correspondant de l’Académie royale des sciences d’Espagne (2005).

Prix Langevin de l’Académie des sciences (1977).

 

Jean TAVERNIER, membre résidant

 

Docteur en médecine (1957).
Chef du service de radiologie de l'Hôpital du Haut-Levêque.
Professeur de radiologie. Président du conseil des enseignants en radiologie de France (1978-1984).
Président de l'université de Bordeaux II - Victor Segalen (1979-1989).
Président du conseil d’administration du CHU de Bordeaux (1997-2002).
Conseiller régional d’Aquitaine (1986-1988).
Président du conseil régional de la région Aquitaine (1988-1992).

Jean Bernard MARQUETTE, membre résidant

 
Né en 1934.
Ancien élève du lycée Michel Montaigne à Bordeaux. Après ses études à la faculté des lettres de Bordeaux, agrégé d’histoire (1957), professeur au lycée de garçons de Périgueux et au lycée Montesquieu à Bordeaux (1957-1967), assistant à la faculté des lettres de Bordeaux (1967-1968), maître-assistant, maître de conférences, professeur d’histoire du Moyen Âge et de sciences auxiliaires de l’histoire à l’université de Bordeaux III - Michel de Montaigne (1968-2002).
Ses recherches ont porté  sur l’histoire de l’occupation du sol et du peuplement (formation des réseaux paroissiaux, habitats fortifiés, villes), la géographie historique (vignoble du Bordelais, pays landais), la cartographie (Atlas historiques de villes, plans d’occupation du sol archéologiques) et l’édition de textes (cartulaires, archives familiales, coutumes). Il a aussi collaboré à plusieurs ouvrages d’histoire générale ou régionale.
Il a exercé diverses fonctions dans les domaines :
- administratif : vice-président du conseil scientifique (1990-1997), directeur de l’école doctorale d’histoire puis d’histoire - géographie de Bordeaux III (1991-1998);
- scientifique : directeur du Centre de recherches sur l’occupation du sol (Equipe de recherche associée au CNRS) (1979-1990), du laboratoire de cartographie de ce centre (1979-1994), puis de celui de l’UMR Ausonius (1995-2002) ; membre de la commission internationale pour l’histoire des villes (1988), organisateur de la session 1999 à Bordeaux, directeur de l’Atlas historique des villes de France (45 villes), coorganisateur des Journées internationales d’histoire de Flaran, codirecteur des Annales du Midi (1989-2007), directeur des Cahiers du Bazadais (1961-2014) ;
- culturel :  membre de la commission régionale du patrimoine historique, archéologique et ethnologique (COREPHAE), conservateur du musée contrôlé de Villandraut (1968-1995), vice-président du conseil scientifique du Parc naturel régional des Landes de Gascogne ;
- associatif : président des Amis du musée d’Aquitaine.

Thèse (1973) : Les Albret. L’ascension d’un lignage gascon (XIe siècle, 1360). Seconde édition. Ausonius. 2010.

Quelques travaux :

- Édition de textes : Cartulaire de la commanderie des hospitaliers de Villemartin (XIIe siècle) (1956); Le Trésor des chartes d’Albret : le fonds de Langoiran, Collection de documents inédits sur l’histoire de France,  Bibliothèque nationale (1973); Coutumes  du Brassenx (1978), de Labouheyre (2004); Trois rouleaux de comptes médiévaux (2011); Le terrier de Labrit de 1582 (2018).

- Articles et ouvrages : Paroisses dédiées à Notre-Dame et occupation du sol (1978); Le réseau paroissial de la Grande Lande au début du XIVe siècle (1981); La formation des réseaux paroissiaux dans les pays d’Orthe, de Gosse et de Seignanx (2001); Les habitats fortifiés en Bordelais, Bazadais et pays landais (XIe- XVIe siècles) (1980); La vinification dans les domaines de l’archevêque de Bordeaux à la fin du Moyen Âge (1977); Le vin de Gascogne au XIVe siècle (2000); De la vigne du Pape au Château Pape Clément (2018).

- Collaborations : La seigneurie et le vignoble de Château Latour (1974); Landes et Chalosses (1983); Les racines de l’Aquitaine (1992); Atlas de la France de l’an mil (1994); L’église et la société dans le diocèse de Dax (XIIIe-XVIIIe siècles) (2003); Félix Arnaudin, Œuvres complètes, tome VIII, Journal et choses de l’ancienne Lande (2003); Léo Drouyn, Les albums de dessin,  volume 6, Le Bazadais méridional; volume 10, Le Médoc; volume 13, De Branne à Vayres; Histoire de Périgueux (2011); Le trésor de Bazas (2015).

- En préparation : édition d'une chronique latine (début du XVIIe siècle) : le Chronicon Vazatense.





 

Christian JEAN DIT CAZAUX, membre résidant


Né un 20 Janvier… dans un paysage, « où comme une flamme cuivrée court de touffe en touffe, la fleur d’ajonc ». De parents… qui ont fasciné son regard en lui offrant palettes et couleurs grasses. Son enfance… se passe à tacher meubles et tapisseries. Après des études… où tout a une fin, s’engage… dans une vie tumultueuse, parfois troublante : il fait la connaissance de Mozart et Picasso, qui lui apprennent, l’un qu’il existe des clefs célestes, l’autre à placer une ombre dans un soleil ou un fruit dans une coupe hors de la toile.

Parcours
1971 : commissaire-priseur associé (aujourd’hui honoraire).
1981-1997 : président du syndicat des Commissaires-priseurs de province.
1983-2002 : élu à la mairie de Bordeaux.
1986 : expert à la cour d’appel de Bordeaux (aujourd’hui honoraire).
2006 : élu membre résidant à l’Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, dont il assure la présidence pour l’année 2011.
2008 : enseigne à l’ICART de Bordeaux, École du commerce de l’art et de l’action culturelle.

Ancien Président de la Mémoire de Bordeaux, il est aujourd’hui Président du Cercle André Abadie.

Nombreuses expositions de peintures en France.
A commis 12 livres de poésie, nouvelles, essais, pièces de théâtre dont certaines ont été jouées à Bordeaux. Son dernier né Le Commissaire-Priseur dans tous ses états est en instance d’être édité.

Officier de la Légion d’Honneur.


Christian Jean Dit Cazaux aime sa ville et son Guggenheim, c’est-à-dire les quais de Bordeaux, les vieux amis, les vieux livres et les vieux vins, l’écriture, la peinture dans tous ses états, la sieste. Il n’aime pas les cuisses de grenouille et la myopie bordelaise. Mais vive le ciel bleu !




May-Eliane de LENCQUESAING, membre résidant


Née en 1925 à Bordeaux, le parcours de May-Eliane de Lencquesaing est marqué par l’attachement à la terre et particulièrement aux vignobles.

Enfance dans une famille, partie ancrée depuis le XVIIIe siècle à Bordeaux et en Médoc, partie d’origine irlandaise et espagnole, fixée aux Philippines depuis plus de 200 ans.
Mariée à un officier français : 30 années de vie militaire. Quatre enfants, dix petits-enfants, dix arrières petits-enfants.
Education à Bordeaux, Ecole normale de musique (Alfred Cortot), puis conservatoire, scoutisme, études de philosophie à la faculté des lettres de Bordeaux, études interrompues par le mariage.
Par la suite, formation d’infirmière à l’hôpital militaire de Fort-Leavenworth dans le Kansas où son mari est affecté en 1951-1952. Puis de 1952 à 1962, à Paris, reprise de responsabilités dans le scoutisme : commissaire régionale, branche Louvetisme.
Reprise des études à Sciences Po Paris en 1954-1955.
Nouveau séjour aux Etats-Unis avec son mari en 1968-1970.

Retour en France, élue en 1971 aux élections municipales dans le Pas de Calais, avec deux mandats de conseiller municipal de 1971 à 1983.

En 1978, May-Eliane de Lencquesaing est appelée à prendre la gestion des vignobles familiaux en Médoc : Château Pichon Longueville, Comtesse de Lalande et Château Bernadotte qu’elle dirigea jusqu’en 2006.
Elle mène aussi des études d’œnologie à l’université de Bordeaux-Talence.
Grand chancelier de l’Académie des vins de 2004 à 2007.
Présidente du Comité de la Légion d’honneur Nord Bordeaux de 2004 à 2011.
En 2003, May-Eliane de Lencquesaing se lance dans la création d’un vignoble de 70 hectares à Stellenbosch en Afrique du Sud, avec un musée du verre de 400 pièces, de l’époque Romaine à l’Art moderne, musée ouvert au public.
Aujourd’hui encore, May-Eliane de Lencquesaing est toujours chef d’entreprise.






Régis RITZ, membre résidant

 
Régis Ritz, professeur émérite, spécialiste de langue et littérature anglaises, président honoraire de l’université Bordeaux Montaigne et du Pôle universitaire de Bordeaux. Il a publié un ouvrage sur Le Théâtre à Londres au début du XIXe siècle (Editions Champion), de nombreux articles sur la poésie romantique et notamment sur William Blake. Il a dirigé le Département de langue française pour étudiants étrangers de l’université de Bordeaux. Ancien président de la Commission des relations  internationales de la Conférence des Présidents d’Université (CPU - Paris), il a participé à de nombreux programmes européens gérés par l’EUA (European University Association - Brussels, Association de l’Université Européenne), notamment le programme IEP (Institutional Evaluation Programme Quality Assurance, Evaluation des universités en Europe). Membre du CEL/ELC (Conseil Européen des Langues, Freie Universität Berlin) et expert auprès de la Commission à Bruxelles, il travaille à la promotion des politiques linguistiques en Europe et des programmes de mobilité, plus particulièrement du programme Erasmus Plus.

 

Jacques MONFÉRIER, membre résidant

 
Professeur agrégé de Lettres classiques, Jacques Monférier a enseigné le français, le latin et le grec au lycée Louis-Barthou de Pau, avant d’être nommé à la faculté des lettres de Bordeaux. Après sa thèse de doctorat soutenue à la Sorbonne en 1972, il devient professeur de littérature française, spécialiste de l’époque symboliste à l’université Michel de Montaigne, héritière de la faculté des lettres de Bordeaux. Ayant créé dès 1972 à l’université, un centre de recherches sur François Mauriac, il est choisi en 1986 pour mettre en place un centre culturel installé par la région Aquitaine dans l’ancienne maison de François Mauriac à Malagar.
Dans le même temps, en application de la loi de 1971 sur l’éducation permanente, il crée et dirige à l’université le service de "formation continue" et il exerce des responsabilités pédagogiques et administratives : directeur du département de Français, de l’unité de Lettres et arts, vice-président puis président de l’université de 1983 à 1989. Membre de la Commission permanente de la Conférence nationale des présidents d’université, il s’engage dans la défense de la francophonie et siège au conseil puis au conseil scientifique de l’Association internationale des universités francophones.
Ses travaux de recherche concernent essentiellement l’œuvre de François Mauriac à laquelle il a consacré l’essentiel de ses publications.
Après sa retraite universitaire, il préside l’Office culturel et éducatif de la ville de Talence. Durant dix-neuf années, il est adjoint au maire, puis premier adjoint.
Il a présidé l’Académie de Bordeaux en 2010.



 

 Claude JEAN, membre résidant

 

Né en 1946 à Paris, études de lettres à l’Université de Bordeaux, agrégation de lettres modernes en 1968.
Carrière culturelle à l’étranger : directeur du Centre de civilisation française de l’Université de Varsovie (1972-1977), attaché culturel à l’ambassade de France aux Pays-Bas (1977-1980), conseiller culturel, scientifique et de coopération à l’ambassade de France en Syrie (1981-1985), secrétaire général adjoint de la future Agence Universitaire de la Francophonie à Montréal (1985-1989). Chargé des relations internationales à l’Institut International d’Administration Publique à Paris (1989-1994). Conseiller culturel, scientifique et de coopération à l’ambassade de France au Portugal et directeur de l’Institut Franco-portugais de Lisbonne (1994-1998). Délégué général adjoint à la langue française et aux langues de France au ministère de la culture (1999-2003).
Directeur régional des affaires culturelles en Picardie (2003-2008) puis en Aquitaine (2008-2011).
Retraité depuis fin 2011, bénévole dans les domaines du patrimoine (Directeur de la délégation régionale Aquitaine de la Fondation du patrimoine), de la musique baroque (Président du conseil d’administration de l’ensemble Sagittarius) et de la langue française.
Auteur de plusieurs romans : Voyage en grande et petite tyrannie (1997), Le Pentaméron (2001), La septième colline (2003) et Hermaphrodis, la cité de l'amour absolu (2016).