PRIX 2021 DE L'ACADÉMIE

 

Vingt-trois prix ont été attribués pour l’année 2021. Ils ont récompensé vingt-et-un ouvrages, dont quatre collectifs, deux thèses et quatre chercheurs. Huit de ces prix traitent d’un sujet ou sont en lien avec Bordeaux et la région. Une quinzaine de lauréats sont liés à Bordeaux ou à la région.

 

LISTE DES PRIX 2021 DE L’ACADÉMIE

GRAND PRIX DE L’ACADÉMIE

Collection des atlas historiques des villes de France. Sandrine Lavaud et Ezéchiel Jean-Courret. Editions Ausonius.

PRIX DE LA FONDATION CHARLES ET ARLETTE HIGOUNET

Christelle Erhardt pour sa thèse : Bâtir une église, fonder une mémoire, asseoir une autorité : lieux de culte et représentations du passé dans les campagnes des anciens diocèses de Bordeaux, Bazas et Agen au premier Moyen Âge (IVe-XIe siècle).

PRIX DE L’OFFICE DU TOURISME DE BORDEAUX MÉTROPOLE

Portraits de Bordeaux. Coordonné par Jean-Pierre Bost, Louis Maurin et Jean-Michel Roddaz. Editions Confluences. Fédération Aquitania.

PRIX DE PHYSIQUE

Serge Haroche. La Lumière révélée. De la lunette de Galilée à l’étrangeté quantique. Editions Odile Jacob sciences.

PRIX DU MARQUIS DE LA GRANGE

Bénédicte Boyrie-Fénié et Jean-Jacques Fénié pour leurs travaux universitaires dans le domaine de la toponymie occitane.

PRIX BRIVES-CAZES

Maria Santos-Sainz. Le dernier Goya. De reporter de guerre à chroniqueur de Bordeaux. Editions Cairn.

PRIX FERNAND DAGUIN

Marc Fontecave. Halte au catastrophisme ! Les vérités de la transition énergétique. Editions Flammarion.

PRIX JEAN-RENÉ CRUCHET

Michel A. Germain. Enseigner aujourd’hui. Le partage du savoir. Editons Fiacre.

PRIX MANLEY BENDALL

Sylvie Vauclair. La nouvelle symphonie des étoiles. L’humanité face au cosmos. Editions Odile Jacob sciences.

PRIX HUBERT GRÉPINET

Patrick Berche et Staniz Pérez. Pandémies. Des origines à la Covid-19. Editions Perrin

PRIX EDMOND BASTIDE

Marc Groenen. François Daleau Fondateur de l’archéologie préhistorique et François Daleau Carnets d’excursion. Editons Jérôme Millon.

PRIX ANDRÉ VOVARD

Caroline Le Mao. Fournisseurs de Marine. Presses universitaires de Nouvelle Aquitaine. Editions La Geste.

PRIX CHASSIN DUFOURG

Daniel Cordier. La victoire en pleurant. Alias Caracalla 1943-1946. Editions Gallimard.

PRIX JACQUES PAUL

 Laetitia Maison-Soulard et Vincent Frigant. L’industrie aérospatiale en Nouvelle-Aquitaine. Un siècle d’histoire et de patrimoine. Editions Le Festin.

PRIX GUY LASSERRE

Christophe Granger. Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie 1780-1822. Editions Anamosa.

PRIX DU BARON PHILIPPE DE ROTHSCHILD

Adeline Vignault pour sa thèse : Tanins oenologiques : caractéristiques, propriétés et fonctionnalités. Impact sur la qualité des vins.

PRIX DU PATRIMOINE

Françoise Bercé. Lettres, rapports et notes de l’inspecteur général des Monuments historiques 1834-1870. Editions Honoré Champion.

PRIX D’ÉCONOMIE

Christophe Labarde. Les grands fauves. L’histoire secrète du capitalisme français. Editions Plon.

PRIX DES BELLES-LETTRES

Pier Luigi Pinelli. François Mauriac et la Maison Grasset. Lettres de François Mauriac à Louis Brun (1913-1939). Editions El Doctor Sax.

PRIX DES ARTS

Femmes artistes à l’âge classique. Ouvrage collectif sous la direction d’Elise Pavy-Guilbert, Stéphane Pujol et Patrick Wald Lasowski. Classiques Garnier.

PRIX DE L’INNOVATION SCIENTIFIQUE

Valérie Crepel et Christophe Mulle pour leurs recherches sur l’épilepsie et l’hippocampe du cerveau.

PRIX SPÉCIAL

Christel Mouchard. L’aventurière de l’Etoile. Jeanne Barret, passagère clandestine de l’expédition Bougainville. Editions Tallandier.

PRIX SPÉCIAL

Dessiner pour Napoléon. Ouvrage collectif. Archives nationales et Fondation Napoléon.

 

GRAND PRIX DE L’ACADÉMIE

 Collection des atlas historiques des villes de France

 Sous la direction de Sandrine Lavaud et Ezéchiel Jean-Courret

 Editions Ausonius

 Le Grand prix de l’Académie récompense chaque année une personnalité, une œuvre ou l’ensemble d’une œuvre dans le domaine des sciences, des arts ou des belles-lettres.

Le Grand prix de l’Académie couronne pour cette année 2021 une collection de référence pour l’étude de l’histoire des villes, la collection des atlas historiques des villes de France. Riche de 54 volumes publiés en 37 ans (1982-2019), cette collection résulte du double héritage des professeurs Charles Higounet et Jean Bernard Marquette. Elle est véritablement symbolique de l’expertise scientifique bordelaise en matière d’histoire urbaine. Elle a été initiée en 1972, sous l’égide de la Commission internationale pour l’histoire des villes, par Philippe Wolff et Charles Higounet qui en ont élaboré la maquette. En 1982, les premiers atlas historiques ont été publiés par le CNRS sous la direction de Jean Bernard Marquette qui avait succédé à Charles Higounet et qui dirigea la collection jusqu’en 2007. Jean Bernard Marquette aura ainsi supervisé la réalisation de 48 atlas.

La publication en 2009 de l’Atlas historique de Bordeaux a marqué un changement dans la maquette des atlas, désormais placée sous la double direction de Mme Sandrine Lavaud et de M. Ezéchiel Jean-Courret, ce dernier supervisant également la cartographie, tous deux de l’université Bordeaux Montaigne. Chaque atlas comprend trois volumes : des plans historiques géoréférencés à partir du cadastre dit napoléonien, une notice générale qui retrace la formation de l’espace urbain des origines à nos jours et un tome consacré aux sites et monuments, composé d’un ensemble de notices sur les monuments marqueurs de l’espace urbain.

Les derniers atlas publiés (Agen, Pau, Périgueux, Mont-de-Marsan, Bayonne) ont été élaborés entre 2017 et 2019 dans le cadre d’un projet de recherche soutenu par la Région Nouvelle Aquitaine. La réalisation de ces atlas repose au total sur une centaine de contributeurs : archéologues, historiens, géographes… Ils sont ainsi de véritables instruments de travail pour tous les chercheurs en histoire urbaine et en urbanisme, mais ils peuvent aussi répondre à la curiosité du grand public.

Ce Grand prix 2021 a été remis le mardi 1er février 2022 dans les salons de la mairie de Bordeaux à Mme Sandrine Lavaud et M. Ezéchiel Jean-Courret par M. Pierre Hurmic, maire de Bordeaux et protecteur de l’Académie.

A l’occasion de cette cérémonie le maire a également remis les Grands Prix 2019 et 2020 respectivement à M. Jean-Paul Michel, auteur et directeur des éditions William Blake and Co de Bordeaux, et à Mme Anne-Marie Cocula, historienne, ces deux Grands prix n’ayant pu être remis auparavant en raison de la pandémie de Covid 19.

 

PRIX DE LA FONDATION CHARLES ET ARLETTE HIGOUNET

 Christelle Erhardt

 pour sa thèse :

 Bâtir une église, fonder une mémoire, asseoir une autorité : lieux de culte et représentations du passé dans les campagnes des anciens diocèses

 de Bordeaux, Bazas et Agen au premier Moyen Âge (IVe siècle - XIe siècle).

 Charles Higounet, membre de l’Académie de 1960 à 1988, grand médiéviste, spécialiste de l’histoire de l’Aquitaine, et son épouse, Arlette Higounet-Nadal, également historienne du Moyen Âge, première femme élue à l’Académie de Bordeaux en 1990, ont institué un prix d’histoire doté par une Fondation qui récompense l’auteur d’une thèse ou d’un travail de recherches sur l’histoire de la Grande Aquitaine au Moyen Âge.

La thèse de Mme Christelle Erhardt a été soutenue le 13 novembre 2020 à l’Université Bordeaux Montaigne sous la présidence du professeur Caroline Michel d’Annoville de l’Université Paris Sorbonne. Cette thèse porte sur les édifices cultuels ruraux antérieurs au XIe siècle, dans une acception qui se veut globale, intégrant des ensembles bâtis dont les statuts peuvent être variés. Ces constructions chrétiennes anciennes, peu nombreuses, sont le plus souvent peu connues et elles peinent à trouver leur place dans le paysage aquitain. Plusieurs programmes de recherches les ont récemment remises en lumière.

Cette thèse était adossée à un projet laboratoire d’excellence (LabEx) inscrit dans la continuation du Corpus Architecturae Religiosae Europeae. Elle comprend deux volumes, le premier de 319 pages constituant le texte de la thèse elle-même, le second d’annexes avec 86 pages.

Ce prix a été remis, avec la dotation de la fondation Higounet, à Mme Christelle Erhardt lors de la séance de fin d’année, le jeudi 16 décembre 2021, par M. Philippe Loupés, membre résidant.

 

 

PRIX DE L’OFFICE DU TOURISME BORDEAUX MÉTROPOLE

Portraits de Bordeaux

Ouvrage coordonné par Jean-Pierre Bost, Louis Maurin et Jean-Michel Roddaz

 Editions Confluences. Fédération Aquitania

Ce prix, créé par le Syndicat d’initiative en 1957, récompense un ouvrage historique, littéraire ou artistique, ayant pour sujet principal Bordeaux et contribuant au développement touristique de la ville. Il est doté par l’Office de tourisme et des congrès de Bordeaux métropole.

Cet ouvrage Portraits de Bordeaux est tout à fait original par sa conception. Les trois coordinateurs ont en effet demandé à un ensemble de 14 collaborateurs de présenter les portraits de Bordeaux aux quatre époques traditionnelles : l’Antiquité, le Moyen Âge, l’époque moderne et l’époque contemporaine, en distinguant à chaque fois trois moments (cinq pour l’époque contemporaine) pour lesquels ils dressent le portrait de la ville. Ainsi, pour le Moyen Âge : 1137, mariage royal à Bordeaux ; 1250, Bordeaux capitale de l’Aquitaine anglaise ; 1450, le Bordeaux de Pey-Berland.

Les auteurs, tous excellents connaisseurs des questions qu’ils traitent, présentent Bordeaux aux moments qu’ils ont retenus par des textes de très grande qualité, accompagnés de belles illustrations soigneusement choisies, qui tout en ne négligeant pas les documents traditionnellement utilisés, en présentent d’autres peu ou pas connus. L’ensemble est très réussi : ce bel ouvrage donne envie de mieux connaître les différents moments de l’histoire bordelaise et ses monuments.

Ce Prix de l’Office du tourisme Bordeaux Métropole 2021 a été remis le mardi 1er février 2022 dans les salons de la mairie de Bordeaux à MM. Jean-Pierre Bost, Louis Maurin et Jean-Michel Roddaz par Mme Brigitte Bloch, conseillère municipale et présidente de l’Office du tourisme.

 

 

  PRIX DE PHYSIQUE

Serge Haroche

La Lumière révélée. De la lunette de Galilée à l’étrangeté quantique

Editions Odile Jacob sciences.

Dès la fondation de l’Académie, son premier protecteur, le duc de la Force, avait souhaité la création d’un prix de physique. Ce prix fut attribué en 1715 à Jean-Jacques Dortous de Mairan, mathématicien, physicien, musicien et philosophe. C’était la première fois qu’une société en Europe remettait une récompense dans le domaine des sciences.

Qu’est-ce que la lumière, cette lumière qui éclaire et fascine l’humanité depuis le début des temps ? Replaçant ses travaux menés avec son équipe au sein du laboratoire Kastler Brossel de l’École normale supérieure, le professeur Serge Haroche dresse ici le tableau de ce que nous savons aujourd’hui de la lumière, de la manière dont elle a été étudiée et analysée, et des inventions qu’elle a apportées. On apprend en particulier comment est née la théorie de la relativité ou encore d’où vient la physique quantique. Grand spécialiste de la lumière, le professeur Serge Haroche en déroule ici l’histoire, de Galilée à Einstein, et jusqu’aux travaux qui lui ont valu le prix Nobel. Il revisite, en théoricien et en expérimentateur, cette fascinante aventure scientifique. Explicitant les liens qui se sont tissés dans l’histoire des sciences entre l’optique, la mécanique, l’électricité et le magnétisme, il retrace le rôle essentiel que les interrogations sur la lumière ont joué dans la naissance de la physique moderne et dans l’élaboration de notre représentation de l’Univers. Loin d’exposer une histoire abstraite, l’auteur nous permet d’appréhender ce qu’est la démarche scientifique, faite d’un va-et-vient constant entre observation des phénomènes, élaboration de modèles théoriques et vérifications expérimentales.

Prix Nobel de physique en 2012, le professeur Serge Haroche est professeur honoraire au Collège de France, membre de l’Académie des sciences.

 PRIX DU MARQUIS DE LA GRANGE

Bénédicte Boyrie-Fénié et Jean-Jacques Fénié

pour leurs travaux universitaires dans le domaine de la toponymie occitane.

Adélaïde-Edouard Le Lièvre, marquis de La Grange, membre de l’Institut et de l’Académie de 1856 à 1876, avait légué en 1871 une rente destinée à un prix annuel devant être décerné alternativement à l’auteur d’un livre ou d’un mémoire sur la langue gasconne ou sur la numismatique des provinces méridionales.

Jean-Jacques et Bénédicte Fénié mènent depuis une quarantaine d’années des travaux sur la toponymie qui étudie spécifiquement les toponymes, à savoir les noms propres désignant un lieu. M. Jean-Jacques Fénié est agrégé de géographie :  il enseigne l’occitan. Son épouse, Mme Bénédicte Boyrie-Fénié, est docteur en géographie historique. En 2003, elle a réalisé pour l’Institut occitan une étude toponymique des communes de l’Aquitaine. En 2009, elle a animé au sein du Conseil scientifique du Parc naturel régional des Landes de Gascogne une commission chargée de revoir la cohérence linguistique des lieux-dits dans le cadre de la réédition de la carte IGN des Landes. Ensemble, ils ont publié plusieurs ouvrages de vulgarisation sur les toponymies gasconne, occitane et provençale ainsi que deux dictionnaires. Mme Bénédicte Fénié, a pour sa part publié trois dictionnaires toponymiques des communes du Sud-Ouest (Gironde, Landes, Lot-et-Garonne).

Ce prix a été remis à M. et Mme Fénié lors de la séance de fin d’année, le jeudi 16 décembre 2021, par M. Régis Ritz, membre résidant.

 

PRIX BRIVES-CAZES

Maria Santos-Sainz

Le dernier Goya. De reporter de guerre à chroniqueur de Bordeaux

Editions Cairn

Joseph-Emile Brives-Cazes, conseiller à la Cour d’Appel de Bordeaux et membre de l’Académie de 1869 à 1887, avait institué dans son testament un prix pour récompenser un travail sur un sujet relatif à l’histoire de l’ancienne Aquitaine ou de Bordeaux.

Ce livre retrace la vie de Goya à Bordeaux pendant les quatre dernières années de sa vie (1824-1828) : une période intense d’une grande créativité artistique. Francisco de Goya a toujours affirmé son autonomie et sa liberté, à partir des dessins et de l’expérimentation des nouvelles techniques en lithographie. De peintre de chambre du roi Charles IV, en passant par reporter de guerre, précurseur du « photojournalisme », l’artiste devient chroniqueur de Bordeaux. Ce dernier Goya apporte un nouveau regard sur un penseur et un reporter en quête de vérité. Le livre explore son univers intime, sa deuxième famille, le cercle de ses amis, les sources de sa création, ainsi que les dimensions journalistiques, politique et philosophique. Ses dessins et portraits réalisés à Bordeaux ouvrent les portes de la modernité et restent d’une grande actualité.

C’est en journaliste que Mme Maria Santos-Sainz aborde Goya : elle est maître de conférences à l’Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine.

Ce prix lui a été remis lors de la séance de fin d’année, le jeudi 16 décembre 2021, par M. Claude Jean, membre résidant.

PRIX FERNAND DAGUIN

Marc Fontecave.

Halte au catastrophisme ! Les vérités de la transition énergétique

Editions Flammarion.

Fernand-Eugène Daguin, professeur de géologie en Bretagne, puis à Pau, Montpellier, Bordeaux et Fort-de-France, a été membre de l’Académie de 1943 à 1948. Un lycée à Mérignac porte son nom. Le prix Fernand Daguin récompense un ouvrage consacré aux sciences et à l’environnement.

Alors que la transition écologique est plus que jamais au cœur des débats, la question de l’engagement de la France dans cette transition mérite d’être posée scientifiquement. La lutte contre le réchauffement climatique doit être envisagée différemment de la brutale révolution que certains appellent de leurs vœux, tant elle ressort du temps long de la science. Contre la désinformation catastrophiste, le professeur Marc Fontecave n’esquive pas la polémique et nous démontre, preuves à l’appui, que la transition énergétique est bel et bien lancée. La présentation exhaustive de l’état de nos connaissances dans tous les domaines de la transition énergétique, pilier de la transition écologique, fait apparaître que le monde d’après est en germe et que l’effondrement n’est pas inéluctable. Source d’un optimisme raisonné, ce livre nous offre la possibilité d’imaginer une planète enfin respectée par des sociétés humaines durablement organisées.

Membre et président du Comité Energie-environnementde l’Académie des sciences, le professeur Marc Fontecave a enseigné à l’université de Grenoble, il est professeur au Collège de France. Il dirige un laboratoire dépendant du CEA particulièrement reconnu dans le domaine de l’énergie et de l’hydrogène.

 

PRIX JEAN-RENÉ CRUCHET

Michel A. Germain

Enseigner aujourd’hui. Le partage du savoir

Editons Fiacre.

Jean-René Cruchet, médecin pathologiste et pédiatre, était professeur de pathologie générale et de thérapeutique, puis titulaire, à partir de 1926, de la chaire de pédiatrie de Bordeaux. Il s’était attaché tout particulièrement à la médecine infantile, notamment par des travaux sur l’enfance délinquante et anormale, sur les arriérés scolaires et sur les maladies nerveuses chez les enfants. Elu à l’Académie en 1931, il a institué un prix destiné à récompenser les auteurs d’ouvrages de médecine.

Fondé sur les travaux de recherche les plus récents, ce livre pluridisciplinaire, coordonné par le professeur Michel A. Germain, regroupe les contributions d’éminents professeurs. L’ouvrage présente l’anatomie et la physiologie du cerveau et montre que les enseignants et formateurs du XXIe siècle peuvent espérer un apport significatif de la psychologie scientifique. Si la science ne peut apporter toutes les réponses, les neurosciences cognitives (la psychologie cognitive, la psychologie différentielle, la psychologie du développement, la psychologie sociale et la psychologie de la motivation) permettent d’appréhender de nouvelles formes d’enseignement.

Chirurgien des hôpitaux de Paris, le professeur Michel Germain est membre de l’Académie nationale de chirurgie, correspondant de l’Académie nationale de médecine et membre de la World Society for Reconstructive Microsurgery. Il a publié 650 articles et 46 livres médicaux dont La main du chirurgien - Instrument remarquable au service de la médecine.

Ce prix lui a été remis lors de la séance du jeudi 3 mars 2022 par M. Joël Dehais, membre résidant.

 

 PRIX MANLEY BENDALL

Sylvie Vauclair

La nouvelle symphonie des étoiles. L’humanité face au cosmos

Editions Odile Jacob sciences.

Nicolas Bendall Manley (dit Manley Bendall) (1876-1966) fut administrateur de sociétés, vice-président de la Société d’océanographie de France et membre correspondant de l’Académie de marine. En 1962, il a offert à l’Académie de doter chaque année d’une médaille d’honneur un prix couronnant un ouvrage sur l’astronomie.

Au terme d’un siècle de recherches, le cosmos se révèle bien plus proche de nous qu’on ne l’imaginait : d’infini et d’éternel, il en est venu à avoir une naissance, le Big Bang, et une évolution qui a conduit à notre existence après quelques milliards d’années. Il comprend des objets et phénomènes fascinants tels que les trous noirs ou les ondes gravitationnelles, ou encore de milliers d’exoplanètes très semblables à notre Terre qui laissent entrevoir la possibilité d’une vie ailleurs. Avec cet ouvrage, Mme Sylvie Vauclair signe un livre empli de philosophie et de sagesse qui nous invite à faire preuve d’humilité face à la grandeur de l’Univers. À la précision scientifique de l’astrophysicienne s’adjoint la poésie du texte et des images pour conter la saga de l’origine de la lumière, de la matière et du vivant

Mme Sylvie Vauclair est astrophysicienne à l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie, et professeure émérite à l’université de Toulouse.

Ce prix lui a été remis lors de la séance de fin d’année, le jeudi 16 décembre 2021, par M. Bernard Alaux, membre résidant.

 

PRIX HUBERT GRÉPINET

Patrick Berche et Staniz Pérez

Pandémies. Des origines à la Covid-19

Editions Perrin.

Le docteur Hubert Grépinet, chirurgien, a dirigé l’hôpital de Marmande pendant près de 40 ans. Le prix portant son nom est décerné depuis 1966 à l’auteur d’un ouvrage sur la médecine ou la chirurgie.

Un brillant historien et un éminent professeur s’associent pour livrer la première grande synthèse historique sur les pandémies, sujet au cœur de l’actualité. Comment comparer la peste de Justinien, qui se répandit comme une traînée de poudre dans tout le bassin méditerranéen au VIe siècle, et le Sida, ce redoutable fléau que l’on découvrit dans les années 1980 ? Aussi variées que soient leurs manifestations, les pathologies décrites - choléra, syphilis, lèpre, variole - ont un point commun, toutes sont des pandémies. Transmises par contagion, elles s’étendent en un temps record sur de vastes régions et touchent ainsi une part importante de la population mondiale. Dès lors, comment lutter contre ces ennemis invisibles ? Quelles stratégies adopter pour les combattre, sans laisser la peur et la panique prendre le dessus ? Faut-il s’en remettre aux autorités politiques en place, ou bien chercher des réponses auprès des scientifiques ? Dans cette enquête totalement inédite, le professeur Patrick Berche et M. Stanis Perez retracent l’histoire mondiale des grandes maladies en adoptant une démarche à la fois globale et critique. Aujourd’hui, la mondialisation et la société de consommation obligent à réinventer l’approche de la santé publique, notamment à l’ère de la Covid-19.

Ancien doyen de la faculté de médecine Paris-Descartes, le professeur Patrick Berche a été chef de service de microbiologie de l’hôpital Necker et directeur général de l’Institut Pasteur à Lille.

M. Stanis Perez est docteur en histoire moderne, professeur à l’université Paris 13 et spécialiste de l’histoire de la santé.

Ce prix a été remis au professeur Patrick Berche lors de la séance du jeudi 3 mars 2022 par M. Jacques Battin, membre résidant.

 

 PRIX EDMOND BASTIDE

Marc Groenen

François Daleau Fondateur de l’archéologie préhistorique et François Daleau Carnets d’excursion

Editons Jérôme Millon.

Edmond Bastide (1876-1968) était passionné d’archéologie et de numismatique. Président de la Société archéologique de Bordeaux, il proposa à l’Académie de créer un prix récompensant l’auteur d’un ouvrage ou de travaux consacrés à la préhistoire et à l’archéologie.

M. Marc Groenen met en évidence ce qui a guidé François Daleau (1845-1927) dans ses recherches durant les décennies qui se sont avérées cruciales pour l’histoire de la préhistoire paléolithique. Le nom de François Daleau est aujourd’hui tombé dans l’oubli, mais à son époque il était reconnu par les plus grands. Ce travail de Marc Groenen a pu être mené à bien grâce à l’examen des milliers de pages manuscrites léguées par François Daleau sous la forme de calepins, de carnets d’excursions, de brouillons de lettres, de notes de lecture et d’inventaires, il rend ainsi la juste place qui doit revenir à François Daleau dans l’histoire de la préhistoire paléolithique.

Les carnets d’excursions, précédé d’un carnet de mémoires, de François Daleau, également aux éditions Jérôme Millon, avec un avant-propos de Marc Groenen, viennent en complément.

Spécialiste du paléolithique, M. Marc Groenen est professeur de préhistoire et de philosophie des sciences de l’homme à l’université libre de Bruxelles. Il dirige des fouilles et il est membre de la commission scientifique de la grotte Chauvet.

Ce prix lui a été remis lors de la séance du jeudi 3 mars 2022.

 

PRIX ANDRÉ VOVARD

Caroline Le Mao

Fournisseurs de Marine

Presses universitaires de Nouvelle Aquitaine. Editions La Geste.

Historien maritime, auteur de très nombreux ouvrages sur l’histoire de la marine, André-Jacques Vovard a été président de la section historique de l’Académie de marine. Le prix qui porte son nom récompense un ouvrage sur l’histoire de la Marine ou sur le port de Bordeaux.

Cet ouvrage de Mme Caroline Le Mao traite des fournisseurs de la Marine française au temps de la ligue d’Augsbourg (1688-1697). Il est consacré aux hommes qui ont rendu possible la construction des vaisseaux d’une puissante marine sous Louis XIV. Du grand financier parisien au simple cordonnier de l’arsenal de Toulon, qui sont ces hommes qui ont fourni les arsenaux du Roi ? Comment l’approvisionnement de la marine de guerre a-t-il innervé l’économie française et fait vivre toute une partie de la société, par la diversité et l’ampleur de sa demande ? Du bois, du fer, du chanvre, du goudron, des canons, des mâts, de la toile à voile, des cordages, des armes, de l’étoupe… La liste des matériaux nécessaires à un vaisseau de guerre semble infinie. Pour construire le Soleil Royal, le Royal Louis et les autres fleurons de la Marine française qui combattirent à Béveziers comme à La Hougue, le Roi Soleil consacra à sa flotte des budgets sans précédent. Elle rivalise ainsi durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg avec les deux grandes puissances navales du temps que sont l’Angleterre et les Provinces-Unies.

Mme Caroline Le Mao est maître de conférences en histoire moderne à l’université Bordeaux Montaigne.

Ce prix lui a été remis lors de la séance de fin d’année, le jeudi 16 décembre 2021, par M. Jean-Pierre Poussou, membre résidant.*

 

PRIX CHASSIN DUFOURG

Daniel Cordier

La victoire en pleurant. Alias Caracalla 1943-1946

Editions Gallimard.

Le général de corps aérien Lionel Max Chassin a fait une brillante carrière dans l’armée de l’Air. Il a été membre de l’Académie de 1950 à 1955. Le colonel Robert Dufourg en a été pour sa part le secrétaire perpétuel de 1973 à 1987. Le prix qui porte leurs noms est un prix d’histoire militaire sur un sujet national, régional ou local.

La victoire en pleurant est le deuxième volume des mémoires de Daniel Cordier, très grand résistant, Compagnon de la Libération. Il prend la suite d’Alias Caracalla, après l’arrestation de Jean Moulin en juin 1943, et court jusqu’en janvier 1946, moment où Daniel Cordier démissionne des services secrets quand le général de Gaulle quitte le pouvoir. On le retrouve accomplissant son inlassable action au sein de la Délégation du Comité français de la Libération nationale, avec une lassitude croissante. On l’écoute dans ses conversations avec Jean-Paul Sartre, Albert Camus, Raymond Queneau, Raymond Aron et André Malraux. On revit son internement en Espagne, on suit son action à la tête de son « agence de voyage » de Londres, où il contribue à la réussite du Débarquement. On vit son douloureux retour en France à l’automne 1944, dans ses fonctions au sein des services secrets. On est à ses côtés quand il retrouve ses amis rentrant de déportation. Il y demeure toujours le même, avec sa loyauté, ses emportements, sa passion, ses doutes, ses rires ou ses larmes, fidèle à son engagement au service de la liberté.

Daniel Cordier est décédé en novembre 2020 à l’âge de 100 ans. Il était l’un des deux derniers Compagnons de la Libération encore vivant. Avec ce prix, l’Académie rend un hommage posthume à l’une des grandes figures de la Résistance.

 

PRIX JACQUES PAUL

Laetitia Maison-Soulard et Vincent Frigant

L’industrie aérospatiale en Nouvelle-Aquitaine. Un siècle d’histoire et de patrimoine

Editions Le Festin.

Ingénieur de l’Ecole Centrale des Arts et Manufactures, membre de l’Académie de 1972 à 1991, Jacques Paul a été l’auteur d’ouvrages sur Gustave Eiffel et sur l’histoire des ingénieurs. Le prix portant son nom récompense un ouvrage consacré à l’histoire ou à l’avenir des technologies de l’aéronautique et de l’astronautique, de la défense ou de l’énergie.

Troisième région française en nombre d’emplois dans le secteur aérospatial, la Nouvelle-Aquitaine participe de façon majeure à la production d’avions, de missiles ou de lanceurs spatiaux. Avec deux pôles principaux en Gironde et dans les Pyrénées-Atlantiques, et de très nombreux établissements sur l’ensemble de la Région, la Nouvelle Aquitaine dispose d’implantations relevant des plus grands acteurs de l’industrie aérospatiale française soutenus par une importante chaîne de sous-traitants. Depuis les premiers ateliers de construction des pionniers de l’aviation au début du XXe siècle jusqu’aux usines contemporaines les plus modernes, cet ouvrage, qui s’appuie sur une documentation pour partie inédite, retrace l’histoire des lieux de production à l’origine du développement de l’industrie aérospatiale dans le Sud-Ouest. Une analyse économique du tissu industriel de ce secteur d’activité, aussi bien civil que militaire, complète cette étude historique et patrimoniale.

Docteur en histoire des sciences, Mme Lætitia Maison-Soulard est chercheuse au service du Patrimoine et de l’Inventaire.

M. Vincent Frigant est professeur d’économie à l’université de Bordeaux.

Ce prix a été remis à M. Vincent Fringant lors de la séance de fin d’année, le jeudi 16 décembre 2021, par M. François Courtot, membre résidant. Mme Laetitia Maison-Soulard, souffrante, n’avait pu assister à cette remise.

 

 

PRIX GUY LASSERRE

Christophe Granger

Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie 1780-1822

Editions Anamosa.

Guy Lasserre (1920-2001), géographe, fut professeur à l’université de Bordeaux et directeur du Centre d’études de géographie tropicale du CNRS. Son prix récompense l’auteur d’un ouvrage consacré à des récits de voyages ou à l’histoire de la France d’Outre-mer.

Joseph Kabris a eu une vie extraordinaire. Né à Bordeaux vers 1780, engagé sur un baleinier à 15 ans, il s’échappe pour s’installer sur l’une des îles Marquises. Là, dans ce monde inconnu et où sévit le cannibalisme, il devient un guerrier redouté. Tatoué de la tête aux pieds, il fait siennes les pratiques des insulaires, adopte leurs gestes et leurs croyances, il apprend leur langue au point d’en oublier la sienne. En 1804, peut-être enlevé, Joseph Kabris est embarqué sur un navire qui le conduit en Russie. Pour vivre, il montre son corps couvert de tatouages et raconte sa vie. Il regagne la France où il se produit dans les foires. Il meurt à 42 ans.

L’ouvrage de Christophe Granger ne se limite pas à raconter cet incroyable parcours, il essaie de comprendre comment Kabris s’est intégré dans des mondes si différents, comment il est parvenu à mobiliser ce qu’il a appris à être dans une société pour prendre place ensuite dans une autre.

M. Christophe Granger est maître de conférences à l’université de Paris-Saclay, spécialiste de l’histoire des cultures et des usages sociaux. Il est membre du Centre d’histoire sociale du XXe siècle.

 

PRIX DU BARON PHILIPPE DE ROTHSCHILD

Adeline Vignault

pour sa thèse

Tanins œnologiques : caractéristiques, propriétés et fonctionnalités. Impact sur la qualité des vins.

 

Le baron Philippe de Rothschild a été membre de l’Académie de Bordeaux de 1973 à 1988. Il avait institué un prix destiné à couronner un ouvrage consacré à l’histoire ou à la célébration du vin. Ce prix est doté en nature par la Société Baron Philippe de Rothschild SA.

Mme Adeline Vignault a soutenu sa thèse le 25 novembre 2019. Cette thèse de 225 pages a été effectuée en cotutelle sous la direction du professeur Pierre-Louis Teissedre, de l’Unité d’œnologie de l’université de Bordeaux, et du professeur Fernando Zamora de l’université de Taragone en Espagne.

L’utilisation de tanins œnologiques en vinification relève d’une pratique courante, bien qu’ils soient uniquement autorisés dans le but de faciliter la clarification des vins et des moûts. En revanche, les tanins œnologiques peuvent aussi être utilisés à d’autres fins, expliquant l’existence d’une grande variété sur le marché. L’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) a créé il y a quelques années, un groupe de travail afin de conduire une vaste étude sur les tannins œnologiques. Cette thèse d’Adeline Vignault s’inscrit dans les travaux de l’OIV avec pour ambition de mener une étude exhaustive sur les tanins. Elle examine dans un premier temps la composition chimique et la richesse des différents tanins. Elle décrit ensuite leurs capacités à protéger les moûts et les vins contre l’oxydation, puis celles de protéger la couleur des vins et de la stabiliser dans le temps. Enfin la thèse étudie la capacité anti oxydasique des tanins.

Les travaux de cette thèse d’Adeline Vignault ont été valorisés dans des revues internationales, ils offrent des applications pratiques dans l’élevage des vins.

Ce prix a été remis à Mme Adeline Vignault lors de la séance de fin d’année, le jeudi 16 décembre 2021, par M. Jean-Pierre de Beaumarchais, membre résidant, et représentant la société Baron Philippe de Rothschild SA qui dote ce prix.

 

PRIX DU PATRIMOINE

Françoise Bercé

Lettres, rapports et notes de l’inspecteur général des Monuments historiques 1834-1870.

Editions Honoré Champion.

Nommé en 1834 inspecteur général des Monuments historiques, fonction qu’il a exercée jusqu’en 1860, Prosper Mérimée a accompli une œuvre considérable pour la préservation et la restauration des monuments historiques français au XIXe siècle. Se déplaçant chaque année en tournée pendant plusieurs mois, multipliant les correspondances, les rapports et les notes, il a laissé une documentation du plus haut intérêt que cet ouvrage de Mme Françoise Bercé permet de découvrir. Il est d’une grande richesse pour connaître l’état de notre patrimoine monumental entre les années 1830 et 1860.

Si le romancier continue à être très apprécié et lu par les élèves du Second degré, Prosper Mérimée inspecteur général des Monuments historiques mérite tout autant d’être connu.

Mme Françoise Bercé, chartiste, a été conservateur des collections de la Direction de l’architecture et du patrimoine, puis inspectrice générale du Patrimoine. Elle a publié de nombreux travaux sur la commission des Monuments historiques.

Ce prix lui a été remis lors de la séance du jeudi 3 mars 2022 par Mme Marguerite Stahl, membre résidant.

 

PRIX D’ÉCONOMIE

Christophe Labarde

Les grands fauves. L’histoire secrète du capitalisme français

Editions Plon.

Ce livre Les Grands Fauves est consacré à une association de grands patrons, une trentaine de membres, tous rencontrés par l’auteur pour être présentés dans cet ouvrage. Cette association Entreprise et Cité, a fonctionné activement de 1984 à 2007. Ce groupe de patrons avait été initié par Claude Bébéar, polytechnicien, patron honoraire du groupe AXA, dont on sait peu qu’il est aujourd’hui le premier assureur au monde. Il y a plusieurs Gascons tels que Bébéar lui-même, né à Issac en Dordogne, ou encore Jean-René Fourtou qui a fait ses études secondaires au lycée Montaigne de Bordeaux avant d’intégrer Polytechnique. Il y a aussi un Breton bien connu, Vincent Bolloré, ou encore la première fortune mondiale Bernard Arnault, mais qui est originaire du Nord. Ce livre analyse aussi quelques paradoxes bien français. Avec Christophe Labarde défilent ainsi plus de vingt ans de la vie économique et financière du pays, en croisant les chemins de banquiers, de grands patrons, de chefs d’entreprises.

Ancien journaliste économique au Figaro, dont il a lancé il y a trente ans les fameuses pages saumon consacrées au monde de l’économie, de la finance et de l’entreprise, M. Christophe Labarde, natif de Pau, diplômé d’HEC, est l’actuel directeur général de la French American Foundation.

Ce prix lui a été remis lors de la séance du jeudi 3 mars 2022 par M. Jean Petaux, membre associé.

 

PRIX DES BELLES-LETTRES

Pier Luigi Pinelli

François Mauriac et la Maison Grasset. Lettres de François Mauriac à Louis Brun (1913-1939)

Editions El Doctor Sax.

Le livre s’ouvre sur le rappel des relations difficiles entre François Mauriac et l’éditeur Bernard Grasset. Certes Grasset s’est dit enchanté à la lecture d’un extrait de La robe prétexte, mais la rencontre entre les deux hommes en 1914 n’a pas été à l’origine de relations amicales entre eux. Et lorsque Mauriac tente d’obtenir de meilleures conditions financières, il s’adresse au directeur de la maison d’édition, Louis Brun. Commence alors un échange de courrier dont la publication par le professeur Pier Luigi Pinelli est un apport important pour les études mauriaciennes.

Cette correspondance de François Mauriac constitue une véritable biographie intime : elle révèle ses penchants politiques et littéraires et Mauriac s’y exprime avec liberté et franchise. Cette absence d’arrière-pensée confère aux lettres de François Mauriac simplicité et spontanéité. Le lecteur trouvera dans ces lettres ample confirmation de l’importance qu’il accordait à la valeur de son œuvre et à son métier d’écrivain. Il n’est pas question de problèmes littéraires, religieux ou politiques, mais on y trouve un François Mauriac au quotidien qui veut tirer de sa profession tous les avantages économiques possibles. On doit être reconnaissant au professeur Pier Luigi Pinelli de redonner ainsi vie à François Mauriac, à ses soucis quotidiens et à son intimité.

Pier Luigi Pinelli est professeur de littérature française à l’université de Gênes, spécialiste des XIXe et XXe siècles. Depuis1990, il s’est orienté vers l’édition des manuscrits inédits de François Mauriac qu’il a découverts dans les fonds de la Bibliothèque municipale de Bordeaux.

Ce prix lui a été remis lors de la séance publique du jeudi 9 décembre 2021 par M. Jacques Monférier, membre résidant.

 

 PRIX DES ARTS

 Femmes artistes à l’âge classique

Ouvrage collectif sous la direction d’Elise Pavy-Guilbert, Stéphane Pujol et Patrick Wald Lasowski.

Classiques Garnier.

Plusieurs expositions récentes ont mis à l’honneur des femmes artistes des XVIIe et XVIIIe siècles. Cet ouvrage collectif, qui s’appuie sur les contributions d’un colloque tenu en 2018 à l’université de Nanterre avec le concours des universités de Bordeaux Montaigne et de Paris VIII ainsi que du musée du Louvre, examine la place et le rôle des femmes artistes dans le monde de l’art à l’Age classique.

Comment ces artistes sont-elles perçues et de quelle manière préfèrent-elles se nommer ? Quelles sont leurs conditions de travail et de vie ? De quelles façons apprennent-elles leur art, où peuvent-elles l’exercer et l’exposer ? Les carrières des peintres, dessinatrices et sculptrices de cet âge d’or des arts sont examinées à travers des exemples français, espagnols et italiens.

Mme Elise Pavy-Guilbert est maître de conférences en langue et littérature du XVIIIe siècle à l’université Bordeaux Montaigne.

M. Stéphane Pujol est professeur de littérature du XVIIIe siècle à l’université de Toulouse et président de la Société Diderot.

M. Patrick Wald Lasowski est spécialiste des littératures des XVIIIe et XIXe siècles, il enseigne à l’université de Paris 8.

Ce prix a été remis à Mme Elise Pavy-Guilbert et M. Stéphane Pujol lors de la séance de fin d’année, le jeudi 16 décembre 2021, par Mme Marguerite Stahl, membre résidant.

 

PRIX DE L’INNOVATION SCIENTIFIQUE

Valérie Crépel et Christophe Mulle

pour leurs recherches sur l’épilepsie et l’hippocampe du cerveau.

 Mme Valérie Crépel de l’Institut national de la recherche et de la santé (INSERM) de l’université d’Aix-Marseille et Christophe Mulle de l’Institut interdisciplinaire des neurosciences de l’université de Bordeaux sont des chercheurs de très haut niveau, intéressés par la physiologie et la pathologie des circuits de l’hippocampe, région du cerveau située dans les lobes temporaux, siège de la mémoire et des apprentissages.

Leurs recherches, très innovantes, portent sur l’approche thérapeutique du traitement de l’épilepsie du lobe temporal. Cette pathologie affecte 1,3 million de personnes en Europe et aux Etats-Unis, dont 800 000 malades réfractaires aux traitements connus. Christophe Mulle et Valérie Crépel proposent la thérapie génique comme alternative à la chirurgie et à ses inconvénients. Leur proposition thérapeutique est développée au sein de Corlieve Therapeutics: elle utilise la technologie des microARN, des acides nucléiques capables d’agir au niveau de l’ARN messager pour diminuer de manière sélective les effets aberrants dans l’hippocampe des patients.

Ce prix a été remis à Mme Valérie Crépel lors de la séance du jeudi 3 mars 2022.

 

 PRIX SPÉCIAL

Christel Mouchard

L’aventurière de l’Etoile. Jeanne Barret, passagère clandestine de l’expédition Bougainville

Editions Tallandier.

1er février 1767 : une jeune paysanne embarque sur la flûte L’Étoile pour une expédition commandée par Bougainville. Elle s’appelle Jeanne, mais c’est sous le nom de Jean qu’elle embarque, travestie en valet. Aucune fée ne s’est penchée sur le berceau de Jeanne : son père est pauvre et sa mère meurt peu après sa naissance. Mais sa rencontre avec le naturaliste Philibert Commerson bouleverse le cours de sa vie. Elle prend conscience que ses connaissances des plantes, acquises pendant son enfance paysanne, peuvent être utiles à la science et elle devient alors une véritable botaniste. Quand son amant est envoyé par Louis XV pour accompagner Bougainville, elle le suit malgré l’interdiction des femmes à bord des vaisseaux. Elle affronte l’inconnu, les forêts tropicales du Brésil, les espaces glacés de la Terre de Feu, l’immensité du Pacifique... Elle doit surtout déjouer les soupçons des matelots… D’archive en archive, depuis les monts du Morvan jusqu’à l’île Maurice, Mme Christel Mouchard est partie sur les traces de Jeanne Barret.

 Mme Christel Mouchard est romancière, éditrice et auteure. Elle a écrit une dizaine de livres sur le thème de l’aventure en particulier sur l’aventure au féminin

 

PRIX SPÉCIAL

Dessiner pour Napoléon

Ouvrage collectif (Catalogue d’exposition)

Archives nationales et Fondation Napoléon

La commémoration du bicentenaire de la mort de Napoléon a donné lieu à de multiples manifestations. Parmi celles-ci, les Archives nationales ont accueilli une exposition présentant une centaine de dessins et de plans du fonds de la Secrétairerie d’État impériale. Dans les dizaines de dossiers reçus chaque jour par le cabinet de l’Empereur, beaucoup étaient accompagnés de plans, de dessins ou de cartes spécialement réalisés pour éclairer ses décisions. Certains de ces documents sont signés par les plus grands noms de l’art et de l’architecture, comme les peintres David et Isabey, le graveur Denon et les architectes Fontaine et Valadier... Le catalogue de cette exposition, édité en partenariat avec la Fondation Napoléon, présente de multiples documents très divers : dessins de broderie, projets d’aérostats, plans techniques, cartes de départements et de régions, projets de ponts et tracés de routes, schémas de fortifications, dessins d’architecture... Des documents exceptionnels, d’une grande variété, finement exécutés, aux dimensions parfois impressionnantes.

Le président de la Fondation Napoléon s’était fait représenter pour la remise de ce prix lors de la séance du jeudi 3 mars 2022 par madame Irène Delage, chef du service « Médiation et documentation numérique » de la Fondation.